vendredi 23 août 2019

Enfant de troupe et peintre ?

Tous ceux qui comme moi sont entrés dans les années 50, à 12 ans (voire plus jeunes), dans l’une ou l’autre des écoles d’Enfants de Troupe, n’ont pas forcément fait une carrière de général. Certains d’entre nous ont brillamment suivi les promesses offertes par les courants porteurs, d’autres ont viré de bord, d’aucuns ont affronté des tempêtes. Je ne crois pas beaucoup me tromper en affirmant que tous sommes porteurs du sceau d’une adolescence pas tout à fait ordinaire.
Les écoles d’enfants de troupes ont disparu il y a une cinquantaine d’années, remplacées par des Lycées Militaires. 
Reste une association qui rassemble les AET - Anciens Enfants de Troupe - et publie régulièrement une revue où chacun peut retrouver trace des camarades souvent perdus de vue. 
Dans son numéro 280 de juin 2019 AET Magazine me fait l’honneur de deux belles pages écrites par Alain Bouilhac, lui-même AET.
Je suis évidemment mal placé pour juger de la pertinence du propos de Alain Bouilhac mais je puis affirmer qu’il rend parfaitement compte de mon travail et de mes intentions. 
Merci Alain pour ce texte concis et précis, merci pour le choix des illustrations.




vendredi 9 août 2019

Casanova ... le malaise


Petite étude sur papier, histoire d'illustrer l'excursion de Casanova en Auvergne où il était très attendu dès la fin du mois de juin.
Le magazine Double Face et bien d’autre médias nous l’avaient annoncé dans des articles dithyrambiques. Des vidéos nous ont introduits dans des ateliers mystérieux où ont été menées des recherches faramineuses jusqu’à cette apothéose. Des affiches, devenues collector, nous avaient fait savoir qu’un jour le héros serait bien là.
Après un passage à " La Montagne Issoire ", Casanova s’est-t-il transporté jusqu’au Château de Parentignat pour se retrouver (enfin !) face à son double ?
A l’exception de quelques masques, la scène (si elle a eu lieu) s’est déroulée sans témoin.
Tout est donc imaginé. (Sans trop d’effort cependant car le scénario était prévisible…)

Nul ne sais si après un tel choc Casanova s'est rendu à la galerie Christiane Vallé pour y rencontrer les organisateurs de l'expo de 20 ou 25 (ou plus) oeuvres plagiées.

mardi 9 juillet 2019

"... à propos d'un éventuel plagiat" !!!

"... un éventuel plagiat"

L'expression est de Jean Moiras, peintre, dont la galerie Christiane Vallé expose actuellement les oeuvres sur le thème "Casanova" au Château de Parentignat en Auvergne.
Le vernissage (28 juin 2019) a révélé de curieuses ressemblances entre les peintures de Moiras et certains de mes travaux, bien antérieurs aux siens. 
Face aux risques évidents d'accusation de plagiat les peintures de Moiras litigieuses (plus d'une vingtaine) auraient été retirées des cimaises du château et leurs reproductions effacées du site de la galerie. 
Les affiches, elles aussi, auraient été "décollées" (!) et remplacées par un nouveau tirage.
Quant au brillant et très prestigieux catalogue "Casanova", il n'est plus en vente dans l'exposition mais on ignore quel est son sort !

Monsieur Jean Moiras, lui, ne semble pas très affecté par ce qu'il considère sans doute comme un simple incident. 
Dans un commentaire publié le 1er juillet sur la page Facebook du Château de Parentignat (*), s'adressant à un "Cher Monsieur" dont on ne sait de qui il s'agit, Jean Moiras s'exprime en des termes où l'on cherche en vain l'expression d'un regret. Pire, il s'ingénie à transgresser l'orthographe du nom de son "inspirateur", comme s'il s'y intéressait trop peu pour s'en souvenir.

 "Cher Monsieur, je suis Jean Moiras le peintre et auteur de cette exposition. Je viens de lire les commentaires à propos d'un éventuel plagiat. Pour faire ces toiles sur Casanova j'ai cherché énormément de documentation, chez des peintres et des photographes, dans le film de Losey , moi même j'ai énormément fais de photos et de croquis. L'oeuvre de Monsieur Pajo m'a semblé fort intéressante mais à aucun moment je n'ai recopier bêtement une oeuvre qui ne m'appartiendrait pas. Picasso a fait cela toute sa vie en s'inspirant des autres peintres. De plus j'ai énormément étudié la texture et la subtilité de la touche de Monsieur Pajo et en aucun cas on ne peut confondre les deux. De plus la mise en scène est totalement différente. En partant des photos ou de descriptions littéraires tout peintre donnera une interprétation identique de Casanova avec son tricorne, la bauta et la cape noire. Je pense qu'il n'y a pas de polémique à entretenir et je suis près à rencontrer Monsieur Pajo a lui signifier que son oeuvre me touche, que si sa force m'a inspiré elle n'en est que plus belle. Loin de moi de l'avoir plagié mais si telle est sa pensé, je le prie de bien vouloir m'excuser amis son oeuvre reste unique quant à moi elle n'est qu'une inspiration bien logique. Très cordialement."

(*) A noter : le Château de Parentignat, lui aussi victime de l’indélicatesse de Moiras, n'a supprimé aucun de mes commentaires - pas forcément agréables - posés sur sa page Facebook à propos de cette exposition. Merci.

Ci-dessous et sans ordre chronologique, quelques uns des divers et effarants constats faits sur internet.
(Comme le précise la galerie Vallé, "Jean Moiras est un artiste plein de surprises.")

Cliquez dans les images pour les agrandir

Alors !  Elle est pas belle l'affiche de la prestigieuse expo Moiras Casanova ???                                  .

Double Face Magazine (Hors série été 2019)
Commentaires en images de la photo de titre de l'article publié par Double Face Magazine
L'auteur du blog n'a évidemment rien changé au texte publié par Double Face Magazine (Hors série été 2019)


















Les images des "oeuvres" de Jean Moiras publiées ci-dessous ont été captées sur  https://www.artsy.net/show/galerie-christiane-valle-jean-moiras-casanova avant qu'elles ne soient effacées par crainte d'éventuelles complications juridiques ...
Selon M. David Chabannes, gérant de la Galerie Christiane Vallé, ceci n’est ni plus ni moins qu’une simple erreur : "Mr Moiras est humain et oui il a fait une erreur comme beaucoup d’artiste avant lui. » écrit-il en réponse à une demande d’explication d’un amateur d’art étonné des similitudes constatées.












Les images des toiles de Jean Moiras ont été captées sur la page d'un site en lien avec la galerie Christiane Vallé avant que ne soient retirées toutes les photos de ces oeuvres "inspirées" de mes toiles.

Et pour ceux qui n'en seraient pas convaincus, 
sachez que Jean Moiras est un expert en IMPOSTURE !




jeudi 6 juin 2019

Don Quichotte - Une lecture dessinée !

29 mai 2019, vernissage de l'exposition Don Quichotte, du Toboso à Gavarnie

Tarbes, Conservatoire Henri-Duparc.
La "lecture dessinée" était annoncée avec le vernissage.
Le défi ? Illustrer sur scène, sous les yeux du public, les textes (extraits du Don Quichotte de Cervantès) lus par Bruno Spiesser, comédien et directeur artistique du Théâtre Fébus et du Festival de Gavarnie.
Les matériaux utilisés : des feuilles de papier à dessin 100 x 70, une craie noire tendre, une brosse plate et un verre d’eau claire pour délaver la craie et donner l’effet de lavis.
Un exercice minimaliste. Un exercice comparable aux «Mille croquis pour un grand dessein» que nous essayons de renouveler chaque année pour le Téléthon à Périgueux avec la Société des Beaux-Arts du Périgord, en ajoutant ici quelques défis supplémentaires : le sujet imposé, le format imposé, le temps imposé (de 3 à 5 minutes selon les extraits de texte) et des regards imposants ...
--> Manou était chargée du compte-rendu photo.  
Bruno Spiesser, comédien et directeur artistique du Théâtre Fébus et du Festival de Gavarnie.








mercredi 5 juin 2019

Don Quichotte et la République des Pyrénées

Sous le titre "Un avant-goût de Gavarnie au conservatoire Henri-Duparc" la nouvelle République des Pyrénées évoque l'expo Don Quichotte à Tarbes et mon travail sur ce thème.  

Merci à l'anonyme auteur de l'article.
 
"Ce n'est que fin juillet que Don Quichotte combattra les moulins à vent à Gavarnie. Mais le héros de Cervantès occupe, en attendant, les cimaises du conservatoire…
C'était un avant-goût de tout ce que la nouvelle création du Festival de Gavarnie aura de foisonnant auquel on était convié à assister, la semaine dernière, dans les locaux et sur la scène du conservatoire Henri-Duparc. En attendant de découvrir ce que Frédéric Garcès fera du «Don Quichotte» de Cervantès, on pouvait se remémorer la richesse de l'œuvre en suivant les pas des artistes invités à porter leur regard sur le chevalier de la Mancha. 

Claude Brugeilles d'abord, dont les sculptures bien souvent élancées se dégustaient comme autant de créations poétiques, de tentatives d'élévation du héros vers une quête inextinguible, à l'image sans doute de celle de l'artiste, avec l'idéal comme horizon. Composées d'objets en tout genre, les créations de Brugeilles possèdent ce petit air surréaliste qui colle bien à l'âme de Don Quichotte.

On a découvert aussi le magnifique travail de Marcel Nino Pajot, peintre volubile et précis, qui a fait du chevalier à la triste figure un formidable sujet à disséquer. L'œuvre de Cervantès, elle transpire dans chacune de ses toiles, bourrées de références aux différentes aventures du héros de Cervantès, aux inspirations qu'il a engendrées, à la peinture espagnole (Picasso, Goya, guettent dans le coin d'une des plus grandes œuvres), à l'art du portrait (et de l'autoportrait) avec des mises en abyme que n'aurait pas renié Rockwell. Dulcinée (la femme du peintre en l'occurrence) n'est jamais bien loin, les vastes plaines poussiéreuses de la Castille non plus, tandis que le corps décharné de Don Quichotte, tel qu'aurait pu l'être celui de Jean Rochefort si le projet dont il était le cœur était allé à son terme, porte ses rêves de gloire. Très beau travail donc que celui de Marcel Nino Pajot, que les chanceux du soir, venus pour le vernissage, purent découvrir lors d'une lecture dessinée qui n'a pas manqué d'époustoufler. Bruno Spiesser, aux commandes du Festival de Gavarnie, avait choisi de faire lecture de quelques extraits de l'œuvre de Cervantès. Moments succulents, délivrés avec gourmandise et illustrés avec brio en direct par Marcel Nino Pajot, à la craie noire et à l'eau. Tout simplement délicieux et de bonne augure pour un spectacle qui devrait aussi surprendre, cet été, là-haut, au pied de Gavarnie, dans la belle plaine de la Courade qui devrait inspirer bien des aventures à Don Quichotte  .
« Du Toboso à Gavarnie », exposition à voir jusqu'au 29 juin, au conservatoire Henri-Duparc. 
Entrée libre.
Festival de Gavarnie, du 25 juillet au 6 août."

-->

samedi 1 juin 2019

Don Quichotte, du Toboso à Gavarnie

Trois Pajot (deux toiles et leur peintre) aperçus dans les escaliers du Conservatoire Henri Duparc à Tarbes.
Le peintre est reparti mais ses toiles et ses dessins restent en place jusqu'au 29 juin.


 


dimanche 26 mai 2019

Don Quichotte, du Toboso à Gavarnie - La toile

Inspirée par le prochain Festival de Gavarnie ...
Don Quichotte et Sancho, dans les eaux du gave

Je prie les connaisseurs, amateurs, spécialistes, alpinistes, randonneurs du Cirque de Gavarnie, de bien vouloir excuser cette représentation très approximative de leur site préféré !

Don Quichotte, du Toboso à Gavarnie Technique mixte sur toile  (89 x 116)




Quelques enchanteurs maléfiques dans les eaux du gave